Acheter

Acheter


Quelles sont les étapes d’une acquisition immobilière réussie ?

1 Définir son projet d’acquisition en fonction de ses besoins de vie et de capitalisation et de ses des revenus et apports (salaires et économies).

2 Acheter, pour habiter ou investir ?

3 Chercher et consulter les annonces sur les différents supports de diffusion (internet, particuliers, agences).

4 Organiser des visites de préférence de jour, prendre son temps, observer et poser des questions.

5 Visiter plusieurs biens et comparer tous vos critères à ce que vous avez visité et découvert.

6 Ne pas acheter sur un coup de tête, vérifier, demander tous les documents, se renseigner sur les taxes et charges imparties, ainsi que sur les travaux éventuels et l’état général des biens.

7 Murir toutes vos  réflexions sur l’ensemble des biens visités  et prendre la décision d’acquérir le bien finalement choisi.

8 Négocier ou faire une offre au prix, tout dépend du rapport entre la qualité du bien et le prix demandé par le vendeur.  Cette étape cruciale nécessite une étude du marché et une certaine connaissance des prix, en fonction de ces paramètres, vous pourrez définir et transmettre une offre que l’on qualifiera des lors de sérieuse ou non, soit directement au propriétaire ou soit par l’intermédiaire du professionnel qui vous accompagne et vous conseille.

9 Une fois la négociation terminée et l’accord trouvé sur le montant de la transaction, choisissez votre notaire, prenez contact avec lui, faites valider votre plan de financement par votre banquier, organisez la chronologie de votre acquisition et éventuellement des travaux de rénovation à effectuer et définissez une date de signature de l’avant contrat (le compromis de vente ou la promesse de vente) avec le notaire de votre vendeur et l’agent immobilier. Le notaire du vendeur peut être choisi également pour vous représenter, évitez ce cas présent sauf si vous avez entièrement confiance en la réputation du notaire,  et ce,  même si c’est l’agence qui se charge de rédiger l’avant contrat.

10 Préparez une somme sur votre compte bancaire équivalent au moins à 5% du prix de vente. Cette somme sera séquestrée par le notaire le jour de la signature de l’avant contrat (somme retenue sur le  prix  de vente à la signature finale, moment de la contraction définitive de l’avant contrat et du transfert de propriété). Cette somme est une garantie pour le vendeur en cas de défaillance de votre part, notamment si vous ne faites pas le nécessaire pour obtenir le prêt souhaité pour financer votre acquisition (obtention de prêt avec clause suspensive). Si les banques vous refusent le prêt, il vous faudra au moins deux lettres de refus de prêt pour recouvrer vos 5% et vous libérer de votre vendeur définitivement sans pénalité. Par ailleurs, vous pouvez signer un compromis de vente (avant contrat) sans condition suspensive d’obtention de prêt dans le cas  ou vous avez déjà les fonds ou alors souhaitez devancer des acquéreurs « concurrents », cela signifie que si vous ne respecter pas votre engagement d’acquérir le dit bien vous perdrez les 5% séquestrés au titre de l’indemnité forfaitaire d’immobilisation ( sorte de dommages et intérêts pour le vendeur qui aura perdu en moyenne entre 3 et 4 mois). Enfin, vous avez 10 jours pour vous rétracter suite à l’avis de réception  du courrier de la loi SRU (droit à la consommation) envoyé par le notaire qui a rédigé l’avant contrat ou le professionnel (car l’avant contrat peut se faire également avec une agence immobilière).

11 Dans le cas d’une acquisition avec demande de prêt, et une fois l’avant contrat signé, solliciter un maximum de banques et faites jouer la concurrence pour obtenir le prêt le plus avantageux (délais,  taux, fixes ou variables). Le jour ou vous obtiendrez votre ou vos offre(s) de prêt, vous aurez un délai de 11 jours pour refuser ou accepter la meilleure offre par renvoie de courrier. Prévenez votre notaire de l’obtention de votre prêt et organisez avec lui et votre vendeur la futur date de signature finale au cours de laquelle : vous confirmerez les termes de l’avant contrat, réglerez les questions de transfert d’abonnement des divers opérateurs d’énergie et les différents remboursements de taxe et charges éventuelles au prorata, ce qu’on appelle dans le jargon notarié  les décomptes financiers. Dernière étape, suivant le virement opéré par votre banque auprès de l’étude de notaire (les chèques étant désormais interdits, dématérialisation des échanges financiers oblige) la remise des clefs par le  vendeur ou son représentant et la remise d’une attestation de propriété en attendant la réception de votre acte de propriété authentique.

Félicitations vous êtes propriétaires !